Le roman de septembre 2020 : Cannibale Blues




Le livre

 


Il s'appelle Ramou. Il est français. Il a 24 ans. Plein d’enthousiasme et de naïveté, il débarque un beau matin dans un petit pays d'Afrique où il doit enseigner pendant deux ans l'économie générale à l'Institut Polytechnique.

Il s'appelle Joseph. Il va devenir son boy. Sur la colline, on murmure qu'il a trop de diplômes pour faire ce métier-là, et qu'il travaille peut-être pour la Sûreté. Ce qui est sûr, c'est qu'il a un secret...

Un portrait féroce du petit monde des expatriés, plein d'ironie et de bonne humeur.





Ils ont aimé

"Sur ce fond de polar se trament plusieurs aventures amoureuses. Ramou souhaite rester fidèle à sa Juliette restée en France, mais il ne peut résister à l'attraction magnétique de la " Vénus africaine ". L'Afrique sera un tournant décisif pour ce jeune couple français, qui se redécouvre à la lumière des soirées arrosées de Cannibales Blues".

Hélène Regnard -- Afrik.com

"Un roman qui décrit sans détour et sans artifices le sentiment de supériorité qu’ont les expatriés Occidentaux. Béatrice Hammer a su me faire voyager à l’autre bout de la terre en riant. Sa plume reconnaissable entre mille est une vraie valeur ajoutée à ce récit surprenant qui ne m’a pas laissée indemne."

Alice Delkinger - Les mots d'Alice


"Un livre féroce, drôle, émouvant sur le milieu des expatriés en Afrique. La plume de Béatrice Hammer est alerte, fine et pleine d'humour... Cela faisait longtemps que je n'avais pas ri en lisant un livre. Mais derrière le rire ( souvent jaune) on grince, on frémit car on touche du doigt un sujet profond. Pour avoir bien connu le milieu des expatriés, je dois dire que l'autrice le dépeint avec une justesse incroyable. C'est tendre et acide. Bref je recommande vivement!"

Gaëlle Fonlupt - auteure de Je voulais vivre dans un tableau de Chagall,
finaliste du concours Fnac / Kobo les Talents de demain.


"Cette plongée dans le monde des expatriés sur fond de FrançAfrique est à la fois mordante et drôle. Empli de bonnes intentions et de bons principes d'égalité entre blancs et noirs, Philippe Ramou se confronte vite à la réalité du pays : les blancs y ont les postes les plus en vue, vivent entre eux et se paient les services d'Africains heureux de trouver du travail. Béatrice Hammer met le doigt sur la difficile adéquation entre les belles idées et la réalité".

 Yves Mabon - chroniqueur du site Lyvres

"C'est tendre, coloré, fruité, explosif. On est bousculé par des scènes cocasses et déjantées. On y croise des portraits caricaturaux qui débordent de générosité et de sensualité. Par le biais de confidences, se créé une proximité qui touche à cœur. Les chapitres sont courts et donnent du dynamisme au récit. L'écriture est fuselée, acide. Il y a une véritable évolution à laquelle on assiste dans cette expérience. Le jeu est féroce, sauvage. Le spectacle est haut en couleur, saisissant. On évoque l'Afrique ici dans les grandes lignes avec humour, audace et ingéniosité. Le voyage est catapultant et l'atterrissage grinçant et forcé. Un choc des cultures qui n'est plus à démontrer"

 
L'auteure

Béatrice Hammer est romancière, scénariste et réalisatrice. Elle a publié une quinzaine d'ouvrages, qui lui ont valu régulièrement le prix des lecteurs notamment le prix Goya, le prix Tatoulu et le prix Livre mon ami.

Cannibale blues, son plus grand succès, a été la sélection Attention Talent des libraires de la FNAC. Une baignoire de sang, son premier polar vient de sortir aux éditions Alter Real.


Acheter le livre