vendredi 12 février 2021

Le grenat du Cardinal - Marine Wartel


L'histoire


 

Marie a un secret, celui de la naissance de son fils, Nicolas. Mais voici que les circonstances l'obligent à divulguer ce qu'elle a caché pendant plus de vingt ans et qui semble inimaginable : le père de son fils ne serait autre que le Cardinal de Richelieu.

Une bague ancienne, une lettre manuscrite et son journal intime, sont les seules preuves que Marie peut fournir à son fils Nicolas pour qu’il la croie.

 

Celui-ci, plein de doutes et d’espoir, se lance dans une enquête qui le plonge dans l'histoire d'amour improbable que sa mère dit avoir vécue vingt-quatre ans plus tôt. Alors gardienne au musée du Louvre, Marie affirme avoir découvert, par une nuit de pleine lune, un homme ressemblant trait pour trait à Son Éminence, qui en avait l'allure, mais également les expressions et les manières. Pure invention ? Folie ? Réalité ? C’est ce que Nicolas décide de découvrir en s’engageant dans une quête qui sera aussi celle de son identité.

L’auteure

Marine Wartel est née en 1983 dans l’Oise.

Elle s’intéresse à l’histoire, à l’art et à la linguistique. Elle écrit depuis son plus jeune âge et aime mettre en scène des romances inattendues, souvent teintées d’aspects fantastiques ou spirituels. Son écriture conjugue érudition et émotion.

Le grenat du Cardinal, commencé en 2018, est son premier roman. Elle est l’auteure d’un recueil de nouvelles appartenant également au genre de la romance.

 

Le mot de l'éditeur

Le Grenat du Cardinal est un premier roman riche, drôle, émouvant et enlevé, qui met en scène, pour notre plus grand bonheur, la confrontation d’un homme du XVIIe siècle à notre modernité. D’une plume brillante, érudite et légère, Marine Wartel nous fait vivre, dans le sillage de Richelieu, une histoire d’amour singulière nous entraîne dans une quête de vérité qui est aussi la recherche de l’identité d’un père.

 

Cinq questions à l'auteure

 

Quand avez-vous découvert votre goût pour l’écriture ? 

Dès que j’ai assez maîtrisé le crayon pour pouvoir écrire mes propres histoires, je crois…

Au début, la place tenue par les illustrations était bien plus importante que les zones de texte, mais petit à petit, de bribes en essais, de véritables histoires se sont formées.


Quels sont les auteurs ou les livres qui vous ont inspirée ?

C’est un peu difficile de faire un choix, il y a tant de récits marquants ; mais, peut-être que du point de vue de l’écrivain, il y aurait ceux-là : 

*CS Lewis avec Un Visage pour l’Eternité pour la complexité psychologique des personnages et l’élégance de la romance.

*La quête onirique de Kaddath l’Inconnue de HP Lovecraft qui est bien le seul écrit merveilleux de cet auteur, avec des teintes et des ambiances oniriques et un sens très fin de l’aventure.

*Le rêve Botticelli de Sophie Chauveau pour le style narratif et l’immersion historique.

*L’ensorceleuse d’Elizabeth Hand avec ses décors denses, ses détails foisonnants et sa sensualité jamais vulgaire.

 

Pourquoi avoir choisi d’écrire un roman autour du personnage du Cardinal de Richelieu ?

Le Cardinal de Richelieu est une figure qui fascine depuis longtemps ma lignée paternelle, et comme j’ai perdu mon père assez jeune, c’était un moyen de me relier à cet héritage (comme un hommage, en somme).

Et puis, j’avais « rencontré » le Cardinal lors d’un voyage à La Rochelle avec mes parents.

J’étais encore enfant mais je me souviens d’une sorte de choc émotionnel face à cette silhouette en rouge, les bras croisés sur sa cuirasse, campé fièrement dans ses bottes de général en campagne.

Tout cela m’est revenu en mémoire à l’occasion d’un après-midi au château de Chantilly avec ma marraine, pendant l’été 2018. J’étais à un moment de mon parcours où j’avais besoin de revitaliser ma vie intérieure et le travail de recherche historique, linguistique et artistique que m’a demandé l’écriture du Grenat a joué ce rôle à la perfection.

 

Quels sont vos projets d’écriture ?

  A présent, j’aimerais travailler sur une histoire de vie antérieure, avec un couple qui se retrouverait à l’époque victorienne après avoir été brutalement séparé à l’ère Viking. Là encore, il y a beaucoup de recherche en amont, mais cela fait aussi partie du plaisir du projet, et puis je veux vraiment que mes lecteurs puissent s’appuyer les yeux fermés sur les données factuelles de mes romans, je trouve que c’est important.